Le barbecue à pellets commence à se tailler une part du gâteau dans l’univers de la cuisine de plein air, c’est pourquoi nous avons décidé de vous écrire un guide à destination des utilisateurs, mais aussi pour les éventuels intéressés par l’achat de cette bête étrange !

  • Le barbecue à pellets qu’est-ce que c’est ?

C’est un barbecue qui a comme particularité d’utiliser comme combustible des pellets de bois feuillus, dans le but d’apporter un parfum typique de fumée à votre préparation, en opposition avec les pellets de chauffage qui sont en général à base de résineux et qui ont pour but exclusif, de produire la plus grande chaleur possible et ne sont en aucun cas destinés à un usage alimentaire.

 

  • Comment fonctionne t’il ?
  1. Une trémie (réservoir) contient les pellets.

  2. Dans le fond de la trémie, il y a une vis sans fin qui a pour but d’acheminer les pellets vers le bol de combustion.

  3. Dans le bol de combustion, il y a une bougie d’allumage qui va chauffer vos pellets.

  4. En dessous ou sur le coté du bol de combustion (selon le barbecue), il a un ventilateur qui va envoyer de l’air frais pour attiser vos pellets incandescents afin d’augmenter la chaleur dans le barbecue.

  5. Sur le côté du barbecue, vous avez un panneau de contrôle relié à une sonde à l’intérieur du barbecue.

  6. La sonde interne envoie la température au panneau de contrôle qui va moduler deux paramètres : l’envoi de pellets par la vis sans fin et l’arrivée d’air via le ventilateur. Ce sont ces deux paramètres qui vont permettre de régler le barbecue.

 

  • Avantages :

Le barbecue à pellet est autonome, il gère la température interne et s’adapte aux variations de température externe.

Les barbecues à pellets disposent pour la plupart des marques, d’une gestion à distance via une application et sont connectés en Bluetooth ou en Wifi. En résumé c’est aussi simple à gérer qu’un four moderne.

L’autonomie est dans la moyenne haute des barbecues, de plus vous pouvez le recharger aisément, et ce même pendant la cuisson, sans avoir à soulever des grilles ou des déflecteurs.

La facilité : pas besoin de connaissances spécifiques ou d’habileté à gérer la flamme avec un barbecue à pellets, il suffit de tourner un bouton.

La propreté : pas de charbon à gérer, pas de mains noires ou de poussière, c’est joli et hightech.

La qualité de la fumée et la quantité de fumée : elle est toujours parfaite et en 10 minutes vous pouvez mettre à cuire, le barbecue s’occupe de tout.

Pas de problème de qualité ou de quantité de bois de fumage, d’écorce à enlever, de bois humide, il suffit de vider le sac de pellet dans la trémie et c’est réglé.

Le coût de fonctionnement : même si le pellet (15 à 20 € le sac de 9/10 kg) a un coût non négligeable, c’est à peu de choses près, le tarif d’un sac de charbon « haut de gamme » et vous cuirez beaucoup plus longtemps avec 20 kg de pellets qu’avec 20 kg de charbon. De plus, vous n’aurez pas besoin de morceaux de bois. Pensez aussi à optimiser vos cuissons, le barbecue à pellets est souvent grand, vous pouvez fumer plusieurs morceaux en même temps. C’est le moment de vous lancer dans le « batch cooking » l’art de cuisiner pour la semaine.

 

  • Inconvénients :

Approvisionnement : les pellets dans certaines régions, peuvent être difficile à trouver en magasin, obligeant à passer commande en ligne et donc à payer des frais de port. Avant d’acheter un barbecue à pellets pensez bien à vérifier comment vous allez vous approvisionner. Si ce n’est pas possible, une commande d’une dizaine de sacs d’avance peut réduire, voir supprimer les frais de port.

La qualité de la fumée : oui cet avantage peut être pour certains un inconvénient ! Le pellet est fabriqué à base de bois débarrassé de son écorce (pensez à vérifier que vos pellets soient bien 100% bois et 0% liants). Le barbecue est géré électroniquement pour une fumée parfaite, donc vous n’aurez aucune variation de gout d’un fumage à l’autre et si vous êtes habitué au fumage dans votre Mastertouch ou dans un offset, le résultat d’un fumage dans un barbecue à pellets pourra vous sembler plus fade, certains prennent le parti d’ajouter un smoketube, pour moi (ce n’est que mon avis, pas une vérité scientifique) cela va à l’encontre de la philosophie du barbecue à pellets, je pense que c’est à nous de travailler sur nos habitudes de fumage et partir sur quelque chose de plus léger pour sublimer la viande, plutôt que d’en masquer le goût.

La grillade avec un barbecue à pellets n’est pas, à mon goût, la discipline dans laquelle il excelle. La consommation de pellets fait un bond et l’on n’atteint pas les très (trop ?) hautes températures que l’on atteint avec un barbecue au charbon de bois. C’est encore une fois une question de goût, mais je préfère le résultat d’une grillade au charbon.

L’alimentation électrique : votre barbecue aura besoin d’une prise pour fonctionner. Selon la configuration de votre extérieur, ça peut être un problème.

Le prix : le barbecue à pellet est plus cher à l’achat qu’un barbecue à charbon, mais qui s’explique par l’électronique embarquée. En contrepartie, il dispose la plupart du temps d’une surface de cuisson plus grande.

Les pannes : le barbecue à pellets étant géré électroniquement, il peut tomber en panne contrairement à un barbecue à charbon qui ne vous laissera jamais tomber.

 

  • Les pannes les plus connues et leurs résolutions

Mon barbecue fume mais ne chauffe pas, puis se mets en erreur : le problème le plus commun est un défaut d’allumage.

  1. Quand vous regardez à l’intérieur de votre bol de combustion, il est plein de pellets non-brulés, la bougie n’a pas l’air d’avoir chauffé, il faut donc la tester. Allumez votre barbecue et vérifiez si la bougie devient rougeoyante. Si c’est le cas, passez à l’hypothèse numéro 2.  A contrario si la bougie ne chauffe pas, il faut la changer. Vous pouvez toutefois toujours démarrer votre barbecue en chauffant des pellets au chalumeau et en les mettant dans le bol de combustion avant de lancer une procédure de démarrage. La ventilation et l’alimentation en pellets feront le travail et votre barbecue s’allumera normalement.

  2. La vis sans fin n’alimente pas assez en pellets : il faut vérifier que votre vis sans fin ne soit bouchée, que les pellets arrivent régulièrement. Par exemple : La première version des Weber Smokefire avait connu des problèmes de joints de vis sans fin qui se décrochaient et entraînaient un bourrage de la vis. Elle a donc été changée sur la nouvelle version du Smokefire et sur les modèles d’ancienne génération ayant connu ce problème. Si vous êtes dans ce cas là avec votre SmokeFire, n’hésitez pas à contacter le S.A.V. de Weber

  3. Des pellets humides : pas de remède miracle. Un pellet humide (à droite sur la photo), c’est poubelle. Si vous voyez des pellets déformés ou gonflés, pas de doutes ils sont humides.

  4. Pas de bruit de soufflerie : là, pas de magie si la soufflerie ne fonctionne pas. Aucun moyen d’allumer votre barbecue. Il faudra passer par le S.A.V. de votre marque.

  5. Différence de température entre la sonde du barbecue et une sonde externe : c’est un problème qui revient souvent, mais qui en est rarement un. Il faut que les deux sondes aient un placement identique pour afficher la même température et la cuve étant grande, il y a forcément des variations de température si vos sondes sont à l’opposées l’une de l’autre. Dans tout les cas ce n’est pas vraiment un problème sur le temps que va durer votre cuisson. Et même s’il y a réellement 10 degrés de plus ou de moins, les cuissons en low and slow ne demandent pas la précision de température de cuisson d’un œuf parfait. Ne soyez pas pressé, limitez les ouvertures/fermetures intempestives du barbecue et patientez… Votre pulled pork arrive !

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *